Roland Lannier

Artisans (et entreprises artisanales)

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 09 Juin 2019 13:30

Au fait, je ne vous ai pas montré le résultat des éminceurs en masques de luchadores :

Image
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar ETPhonehome » 09 Juin 2019 19:18

Sympa les manches type lutteurs Mexicains!

Et à droite ce ne serait pas des Spring Heeled Jack avec manche bois ou bambou que l'on aperçoit?
Par moment j'aimerai me sentir aussi affuté que certains de mes couteaux!
Avatar de l’utilisateur
ETPhonehome
Père de Manches
 
Messages: 14949
Inscrit le: 01 Avr 2013 17:16
Localisation: Gironde

Re: Roland Lannier

Messagepar birdynamnam » 09 Juin 2019 21:13

Ah oui,
cette colonne de droite est également très intéressante.
Avatar de l’utilisateur
birdynamnam
SAK Ado
 
Messages: 6742
Inscrit le: 13 Sep 2015 11:25

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 10 Juin 2019 08:48

ETPhonehome a écrit:Sympa les manches type lutteurs Mexicains!

Et à droite ce ne serait pas des Spring Heeled Jack avec manche bois ou bambou que l'on aperçoit?


Bois de barrique recyclée :wink:
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar Damienandcoinc » 10 Juin 2019 08:50

Ce sont les récompenses du projet de financement participatif sur les vins naturels ?
Patrimoine : 77 Tendance : C'est le bordel ! pkt Ca va, ca vient, c'est le boxon ! Etat du radar de poursuite : off / En recherche de "Callejon" ou de Take No Kami
Avatar de l’utilisateur
Damienandcoinc
 
Messages: 6274
Inscrit le: 29 Juil 2016 17:14
Localisation: BesançonDoubsFranche-ComtéBourgogneFranche-ComtéFranceMonde... Enfin, je crois...

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 10 Juin 2019 09:39

Damienandcoinc a écrit:Ce sont les récompenses du projet de financement participatif sur les vins naturels ?


Oui et non. C'est le même principe mais les contreparties au kiss kiss "d'entre les vignes #2" ont été distribuée depuis un moment.

J'avais déjà fait des couteaux en bois de barrique pour les whiskies Michel Couvreur, pour le domaine "Le Sot de l'Ange" et pour le domaine "No Control" bien avant ce financement participatif. Là c'est à la fois une nouvelle commande pour "No Control" et un peu de stock pour nous.
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 10 Juin 2019 09:45

D'ailleurs Arte vient de diffuser un sujet sur le mec :

https://www.arte.tv/fr/videos/081929-00 … vino-9-10/
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar Damienandcoinc » 21 Juil 2019 15:09

Y'a quelqu'un qu'a raconté de belles histoires sur ses couteaux sur un site dont je ne citerai pas le nom... Et comme je sais que certains ici n'y sont pas (sur site sis-innommé), je me permets de citer le sus-dit quelqu'un, histoire de... :chin: ^^

Story 1: the concrete handle

I just realized I never told publicly the full (Fool?) story about the original materials and concepts I developed on my steak knives collection. Let's catch up with that and start with this "story 1" : the concrete handle.
When I was working on the "Spring Heeled Jack" folders collection, I wanted it to be about comic book and street culture, because the main inspiration was Jack "God of cities" Hawksmoor from The Authority, by Warren Ellis. Aside to the comic book material, I decided to think about a possible concrete handle.
When I visited my sister in Berlin, I saw some buildings which were bombed during the war but instead of just rebuilding them, the architect decided to put back the crumbled pieces together and cover them with a glass facade. I thought this was very meaningful but also graphic and I decided to make a handle material which would possess a piece of that.
So we started with building molds out of play-doh, placing a stainless metallic net inside and pouring concrete over it. Then we would break the "slab" on purpose and have it stabilized with epoxy resin. The basic ingredients were costless but the work involved brought this knife on top of my pricelist.
I was very satisfied with the result but I also wanted to work on concrete differently for a steak knife version. I was thinking of displaying a batch of knives together and have them spray painted by a graffiti artist, but I was saving this for later.
One day, I got a message from Matt Orlando at Amass (CPH), whose fine dining restaurant built in a former concrete wharehouse with a graffiti scene changing every year, was also the main inspiration when I first thought about painted concrete. I loved very much the contrast between the rough casual material and the spectacular quality of cuisine and service there. He just told me : "We need to talk about knives, could you come over?".
When I got there, he went like that : "I saw your folding knife with a concrete handle. I think we should make a table version and have it painted by the graffiti artists I'm working with".
This was a true moment of epiphany! The guy who unknowingly inspired me the idea, later asked me to make it happen.

Story 2 : car tyre handled Chef knife.

I didn't want to rush and make kitchen knives, since I had the opportunity to create a nice range in a previous job and I was reluctant to go for it too soon and maybe make something not as good. Meanwhile, making steak knives was keeping me busy enough...
But a lot of Chef friends were keeping asking me to make such knives. So I had to take a moment and think seriously about it. I wanted to create something cool above all things (given I knew how to take care of the quality and function).
I had the idea of using car tyre for many reasons. I wanted it to be the opposite of smooth and classy (I've personally seen way too many Japanese knives and I'm now bored to the bones with them). Also the grip was quite awesome especially with wet hands. Then I live in the place in France where the Michelin headquarters are located. And last but not least, I wanted to tell this joke to the chefs : now you have something from Michelin, Mate!
Finally, the name "Unfuck the world" was a tribute to Prophets of Rage of course. I think it needs to be said sometimes, especially since the hospitality world like many others can be fucked up sometimes and we all have a responsibility to try and change it.

Story 3 : white Corian and bamboo.

I worked on that look first for the "why so serious?" folding knives series. The original idea was to try and achieve a post-Scandinavian design. I wanted something with a straight shape, dynamic and with a complex volume involving angles. Since I wanted to work only with non-precious materials, I also wanted to pair a pure white synthetic thing with the bamboo fibers, seamlessly.
Most of the inspiration came from a detail on the armrest from a chair designed by @noeduchaufourlawrance who I believe to be one of the most accurately contemporary designer of our time.
I gave one of these folders to my friend Antonin before he opened @quinsouparis. A while after, when I visited him and showed him my first steak knives samples, he told me : "OK they look nice but why don't you try and make something more similar to the knife you gave me?“
So I went back to work to figure out how to create a mounting system that would give the same feeling and this happened.
Since then, this knife has been the most iconic among my tableware collections.

Story 4 : aluminium chips.

This one is particularly meaningful to me. It's a story about working class heroes and probably my most provocative and political work.
Back in 2002, I worked short term at the biggest factory in town (closed now). I was working at the cleaning facility, charging and discharging the conveyer belt with boxes going throughout a trichlorethylene pool. This factory was making a lot of cylindrical things, from automobile parts to bullets for the choppers machine guns. Everything was done with automated lathes. The place had hundreds of them.
All of the metallic shavings were carried through a never ending stream all the way to a single room about 6 square meters wide. We could see it every time we went on a break to the coffee machine, through a tiny window. This room was underneath the walkway.
There was a man working in this room. Alone. Each wall was like a waterfall of aluminum chips and his job was, using a perch, to make sure nothing would get stuck. It made me think about this scene in Star Wars in the garbage compactor. It felt like this guy could be overwhelmed anytime. His position was crucial but no one was giving him any credit.
Later I wanted to give this guy a tribute. I also wanted to bring dirt in the culinary world where everything is about hygiene. I wanted to subtly remember the wealthy guests in fine dinning restaurants of this reality. Dirt exists. People are getting dirty while you're enjoying this. And Chefs should remember where they come from. Really, we're closer to this guy than to the 1%. We're glorified working class.

Story 5 : comic books.

As I told you earlier, this material was developed for the Spring Heeled Jack series, which was urban culture and comics themed. I later adapted it on the "Not just a pretty face" steak knives collection.
In my opinion, American super heroes comic books are never as good as when they're written by British guys. I believe that this medium was originally used as a propaganda to strengthen the patriotic feeling within the US population. The early days have seen Superman fighting Nazis and Japanese soldiers, later came Captain America, and so on...
But authors from the UK don't give a shit about the comic code and the American pledge of allegiance. When they're in charge of the scenario, they shit the bed no manner what. And that's what I like the most.
Among my favorite scenarists, I can name Warren Ellis, Garth Ennis, Mark Millar, Grant Morrison, Alan Moore, etc.
I decided to only use for this material the graphic novels these guys wrote. The process is quite similar to a "paper damascus", laying resin between pages and then using the solid book in its whole thickness. We never try and control what's gonna pop up on the surface, we just grind into it.
I didn't want to have too much of an obvious result, with say the face of the hero fully recognizable across the handle but rather something expressionistic. What I like the most, is when some out-of-context text appears, creating a whole new cryptic story. I love very much the art of Jean-Michel Basquiat because of the text, among other things.
Sometimes it doesn't even look like comics, you just see layers and can maybe guess it's really pages. It's about using an artificial, ordoned stuff and make it random, like a natural material.
You don't need to show-off if you know your real value.

Story 6 : tartan micarta.

When I started with my own company, 5 years ago, I decided to get rid of all the precious materials as well as all the exotic woods and anything animal based (except for moose antlers, that you can collect without harming the beast).
"Micarta", made from layers of fabric and resin was always done with plain colored linens and I wanted to add some patterns to it. I also wanted the new materials I was going to create to carry a reference to a culture or a sub-culture.
Since my first folding knives collection was about punk rock, I started with scottish tartan, the red and black one.
It took me nearly a year to get something completely solid and seamless, without any bubble that could have caught stains during the polishing process.
It was later meant to be adapted to the steak knives range, so I needed it to be resistant enough for any hard use in a restaurant.
It became the flagship of my "Tableware's not dead!" collection.
Patrimoine : 77 Tendance : C'est le bordel ! pkt Ca va, ca vient, c'est le boxon ! Etat du radar de poursuite : off / En recherche de "Callejon" ou de Take No Kami
Avatar de l’utilisateur
Damienandcoinc
 
Messages: 6274
Inscrit le: 29 Juil 2016 17:14
Localisation: BesançonDoubsFranche-ComtéBourgogneFranche-ComtéFranceMonde... Enfin, je crois...

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 22 Juil 2019 09:46

Merci Damien !

En French :

Béton :

Lorsque je travaillais sur la collection de pliants "Spring Heeled Jack", je voulais que le thème soit la bande dessinée et la culture de rue, car l'inspiration principale était Jack "Le dieu des villes" Hawksmoor dans la BD « The Authority », de Warren Ellis. J'ai envisagé deux matériaux phares : les pages de bande dessinée et un éventuel manche en béton.

Lorsque j'ai rendu visite à ma sœur à Berlin, j'ai vu des bâtiments bombardés pendant la guerre, mais au lieu de les reconstruire, l'architecte a décidé de rassembler les morceaux émiettés et de les recouvrir d'une façade en verre. Je pensais que c’était lourd de sens, mais aussi graphique, et j’ai décidé de fabriquer un manche de couteau sur le même esprit.
Nous avons donc commencé par construire des moules en pâte à modeler, en plaçant un grillage en acier inoxydable à l'intérieur et en coulant le béton dessus. Ensuite, nous avons volontairement brisé la "plaquette" avant de la stabiliser avec de la résine époxy. Les ingrédients de base ne sont pas coûteux, mais le travail nécessaire a amené ce couteau au-sommet de ma gamme de prix.

J'étais très satisfait du résultat, mais je voulais aussi travailler le béton différemment pour une version à couteau à steak. Je pensais disposer les couteaux côte à côte et les faire peindre à la bombe par un graffeur, mais je gardais cette idée pour plus tard.

Un jour, j'ai eu un message du chef Matt Orlando, dont le restaurant gastronomique Amass (à Copenhague), construit dans un ancien entrepôt en béton avec une grande fresque de graffitis renouvelée chaque année, était aussi la principale inspiration de ma première pensée pour le béton peint. J'ai beaucoup aimé le contraste entre la matière brute et ordinaire et la qualité spectaculaire de la cuisine et du service. Il m'a dit : "Nous devons parler de couteaux, est-ce que tu peux venir?".

Quand je suis arrivé, il m'a sorti : "J'ai vu ton couteau pliant avec un manche en béton. Je pense qu'on devrait en faire une version sur table et la faire peindre par les graffeurs avec lesquels je travaille".
Ce fut un vrai moment d'épiphanie! Le gars qui m'a inconsciemment inspiré cette idée m'a finalement demandé de la concrétiser.


Pneu :

Je ne voulais pas me précipiter pour faire des couteaux de cuisine, car j'avais l'opportunité d'en créer une belle série dans un emploi précédent et j'étais réticent à m'y remettre trop tôt et peut-être faire quelque chose de moins bien. Pendant ce temps, fabriquer des couteaux à steak me tenait assez occupé …

Mais beaucoup d’amis Chefs me relançaient pour fabriquer des cuisines. Je devais donc prendre un moment et y réfléchir sérieusement. Je voulais créer quelque chose de cool avant tout (étant donné que je savais déjà comment garantir la qualité et la fonction).

J'ai eu l'idée d'utiliser un pneu de voiture pour plusieurs raisons. Je voulais que ce soit le contraire de lisse et de classe (j'ai personnellement vu beaucoup trop de couteaux japonais et ils me plongent désormais dans un ennui mortel). De plus, la prise en main avec cette matière était assez impressionnante, surtout avec les mains mouillées. Ensuite, j'habite en Auvergne, où se trouve le siège de Michelin.

Enfin, je voulais balancer cette vanne aux chefs: maintenant tu as au moins quelque chose de chez Michelin, mec!

Et pour finir, le nom "Unfuck the world" était bien entendu un hommage au collectif de hip-hop Prophets of Rage. Je pense qu’il faut le dire parfois, d’autant plus que le monde de la restauration, comme beaucoup d’autres, peut être pourri parfois et que nous avons tous la responsabilité d’essayer de le changer.



Corian et bambou :

J'ai d'abord travaillé sur ce look pour la série de couteaux pliants "Why so serious?". L'idée initiale était d'essayer de réaliser un design post-scandinave. Je voulais quelque chose de forme droite, dynamique et avec un volume complexe comportant des angles. Étant donné que je voulais travailler uniquement avec des matériaux non précieux, je voulais également associer sans intermédiaire un matériau synthétique d'un blanc pur et l'aspect fibreux du bambou.

La plus grosse part de l'inspiration est venue d'un détail sur l'accoudoir d'une chaise conçue par Noe Duchaufour-Lawrance qui, à mon avis, est l'un des designers dont le style est le plus juste de notre époque.

J'ai donné l'un de ces pliants à mon ami Antonin avant qu'il ouvre son restaurant Quinsou à Paris. Peu de temps après, lorsque je lui ai rendu visite et lui ai montré mes premiers échantillons de couteaux à steak, il m'a dit: "OK, ils ont l'air sympa, mais pourquoi n'essaies-tu pas de faire quelque chose de plus semblable au couteau que tu m'as offert?"

Je suis donc retourné au travail pour trouver comment créer un système de montage qui donnerait le même sentiment et j'ai fini par trouver.
Depuis lors, ce couteau est devenu le plus emblématique de mes collections de table.


Copeaux d'alu :

Celui-ci est particulièrement important pour moi. C'est une histoire sur les héros de la classe ouvrière et probablement mon travail le plus provocateur et politique.

En 2002, j'ai travaillé à court terme dans la plus grande usine de Thiers (fermée maintenant). Je travaillais au poste de nettoyage, chargeant et déchargeant du tapis-roulant des caisses passant par un bain de trichloréthylène. Cette usine fabriquait beaucoup de choses cylindriques, allant des pièces d’automobile aux balles des mitrailleuses à hélicoptères. Tout était fait avec des tours numériques. L'endroit en comptait des centaines.

Tous les copeaux métalliques étaient acheminés par une vis sans fin jusqu'à une seule pièce d'environ 6 mètres carrés de large. On pouvait le voir chaque fois qu'on allait faire une pause à la machine à café, à travers une toute petite fenêtre. Cette pièce était au sous-sol.

Il y avait un homme qui y travaillait. Seul. Chaque mur ressemblait à une cascade de copeaux d'aluminium et son travail consistait à utiliser une perche pour s'assurer que rien ne resterait coincé et que tout s'évacuerait convenablement. Ça m'a fait penser à cette scène de Star Wars dans le compacteur de déchets. C'était comme si ce gars pouvait être submergé à tout moment. Son rôle était crucial mais personne ne lui accordait le moindre crédit.

Plus tard, j'ai voulu rendre hommage à cet ouvrier. Je voulais aussi apporter de la « saleté » dans le monde culinaire où tout est question d'hygiène. Je voulais rappeler subtilement aux clients fortunés des restaurants gastronomiques cette réalité. La saleté existe. Les gens se salissent pendant que vous appréciez votre repas. Et les chefs doivent se rappeler d'où ils viennent. En réalité, nous sommes plus proches de ce type que du 1%. Nous artisans, sommes une classe ouvrière glorifiée.


Comics :
Comme je vous l'ai raconté dans une autre histoire, ce matériau a été développé pour la série Spring Heeled Jack, qui était axée sur la culture urbaine et la bande dessinée. Je l'ai ensuite adapté à la collection de couteaux à steak "Not just a pretty face".

De mon point de vue, les bandes dessinées de super-héros américains ne sont jamais aussi bonnes que lorsqu'elles sont écrites par des Britanniques. Ce médium a été utilisé à l'origine comme outil propagande pour renforcer le sentiment patriotique au sein de la population américaine. Les premiers jours ont vu Superman combattre des nazis et des soldats japonais, puis plus tard Captain America, etc.

Mais les auteurs britanniques se moquent totallement du « code » de la bande dessinée et du serment d'allégeance américain. Quand ils sont en charge du scénario, ils ne se refusent rien. Et c'est ce que j'aime le plus.

Parmi mes scénaristes préférés, je peux citer Warren Ellis, Garth Ennis, Mark Millar, Grant Morrison, Alan Moore, etc.

J'ai décidé d'utiliser uniquement pour cette matière les romans graphiques écrits par ces gars-là. Le processus est assez similaire à un "damas de papier", en déposant de la résine entre les pages et en utilisant ensuite le livre dans toute son épaisseur. Nous n'essayons jamais de contrôler ce qui va apparaître à la surface, on taille juste dedans comme dans un bloc.

Je ne voulais pas avoir un résultat trop évident, avec le visage du héros parfaitement reconnaissable au milieu du manche, mais plutôt quelque chose d’expressionniste. Ce que j'aime le plus, c’est quand un texte hors contexte apparaît, ce qui crée une toute nouvelle histoire cryptique. J'aime beaucoup l'art de Jean-Michel Basquiat pour son utilisation du texte, entre autres.

Parfois, cela ne ressemble même pas à des bandes dessinées, On ne voit que des couches et on peut peut-être deviner que ce sont en fait des pages. Il s'agit d'utiliser un matériau artificiel, ordonné et le rendre aléatoire, comme un matériau naturel.

Vous n'avez pas besoin de démontrer quoi que ce soit si vous connaissez votre véritable valeur.


Punk :

Lorsque j'ai créé ma boite, il y a 5 ans, j'ai décidé de laisser tomber tous les matériaux précieux, ainsi que tous les bois exotiques et tout ce qui est à base d'animaux (à l'exception du bois d'élan, qu'on peut ramasser dans les bois des pays du nord sans nuire à la bestiole).

Le "micarta", fabriqué à partir de couches de tissu et de résine, a toujours été fait avec de la toile unie et je voulais y ajouter des motifs. Je souhaitais également que les nouveaux matériaux que j'allais créer puissent faire référence à une culture ou à une sous-culture.

Puisque ma première collection de couteaux pliants portait sur le punk rock, j'ai commencé par le tartan écossais, le rouge et le noir.
Il m'a fallu presque un an pour obtenir quelque chose de complètement plein et sans défaut, sans aucune bulle qui aurait pu attraper des taches de pâte à polir.

Il a ensuite été adapté à la gamme de couteaux à steak. Il fallait donc qu'il soit suffisamment résistant pour tout usage dans un restaurant.
C'est devenu le fleuron de ma collection « Tableware's not Dead ! ».
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar grand goule » 22 Juil 2019 10:09

admiratif je suis
tu crois à ton truc et tu vas jusqu’au bout thup
ça fait du bien dans le monde dans lequel on travaille, qui lui veut juste contraire, de la norme et du contrôle.
je peux te dire merci ? :wink:
Je ne perds jamais, quand je ne gagne pas, j'apprends
Heureux soient les fêlés, car ils laissent passer la lumière
y’a des gens dans leur tête y’a pas l’autoroute, y’a que des péages, ils passent leur vie à klaxonner
Avatar de l’utilisateur
grand goule
que la forge soit avec toi...
 
Messages: 8601
Inscrit le: 04 Oct 2013 13:44
Localisation: centre

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 22 Juil 2019 10:19

C'est gentil mais tu sais, on a surtout fait tout ça pour nous ;-)
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar grand goule » 22 Juil 2019 10:25

ben oui justement
tu fais les trucs en fonction de ce que tu aimes, de ce que tu penses, de ce que tu ressens, et tu mènes le projet jusqu’à sa concrétisation
une « espèce » de travail en cours d’extinction :wink:
Je ne perds jamais, quand je ne gagne pas, j'apprends
Heureux soient les fêlés, car ils laissent passer la lumière
y’a des gens dans leur tête y’a pas l’autoroute, y’a que des péages, ils passent leur vie à klaxonner
Avatar de l’utilisateur
grand goule
que la forge soit avec toi...
 
Messages: 8601
Inscrit le: 04 Oct 2013 13:44
Localisation: centre

Re: Roland Lannier

Messagepar Damienandcoinc » 22 Juil 2019 10:41

^^

Le mieux, c'est la décoration de la camionnette... "Tout un programme" comme diraient certains... :D ;)
Patrimoine : 77 Tendance : C'est le bordel ! pkt Ca va, ca vient, c'est le boxon ! Etat du radar de poursuite : off / En recherche de "Callejon" ou de Take No Kami
Avatar de l’utilisateur
Damienandcoinc
 
Messages: 6274
Inscrit le: 29 Juil 2016 17:14
Localisation: BesançonDoubsFranche-ComtéBourgogneFranche-ComtéFranceMonde... Enfin, je crois...

Re: Roland Lannier

Messagepar Roland L » 22 Juil 2019 10:42

Damienandcoinc a écrit:^^

Le mieux, c'est la décoration de la camionnette... "Tout un programme" comme diraient certains... :D ;)


Sujet sensible
Avatar de l’utilisateur
Roland L
Electron sonneur
 
Messages: 4956
Inscrit le: 07 Avr 2007 23:23
Localisation: Thiers

Re: Roland Lannier

Messagepar Damienandcoinc » 22 Juil 2019 10:48

Je dois dire que quand je l'ai vue, je n'ai pu réprimer un sourire et une pensée : "nooooooooon... Il a osé…" :mouarf: ;)
Patrimoine : 77 Tendance : C'est le bordel ! pkt Ca va, ca vient, c'est le boxon ! Etat du radar de poursuite : off / En recherche de "Callejon" ou de Take No Kami
Avatar de l’utilisateur
Damienandcoinc
 
Messages: 6274
Inscrit le: 29 Juil 2016 17:14
Localisation: BesançonDoubsFranche-ComtéBourgogneFranche-ComtéFranceMonde... Enfin, je crois...

PrécédentSuivant

Retour vers Les artisans

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Double tranchant, gnik, patatrox et 35 invités